Fantastique et merveilleux

J’aime pouvoir montrer la puissance d’une mine de 0.05 mm qui même infime, peut exploiter une feuille de 1,95 mètre par 1,50 mètre.
Chacun des traits qui se relient ou non, créent tout un univers, l’infime devient énorme, gigantesque, extraordinaire. Un superbe mélange de la feuille à l’encre, et de l’encre à la main, le tout est possible.

Je suis presque habitée par les racines et les arbres, une vraie force de vie. Les racines représentent ce qui nourrit. Lorsqu’elles sont coupées, arrachées par la perte d’êtres chers, on est déracinés.
Cependant, d’autres vont naître à l’horizontal, en explosant le béton, et vont se nourrir de notre propre construction. Elles sont alors encore plus solides, un ancrage pour exorciser les morts, le dur, la tristesse, tout en acceptant la poésie et le bonheur. Tenter de montrer le paradoxe de l’atrocité de vivre avec la beauté de l’existence. Comment apprécier la vie sans notion de mort ? Comment peut il exister le beau sans le laid, le noir sans le blanc, la tristesse sans la joie ?
Je suis en perpétuelle recherche de ce lien entre tout.